Suivez l'aventure
Third

Third donne de l'air à une moto ancienne

Quentin, passionné de moto cross et particulièrement de motos vintage, nous a contacté pour qu'on lui vienne en aide dans la restauration de sa Maico GM 250 de 1985.

Très souvent lorsque l'on remet en fonctionnement un véhicule ancien, on se heurte à la disponibilité des pièces. Bien souvent celles-ci ne sont plus produites, et les rares stocks restants sont difficiles d'accès ou se vendent à prix d'or si on a la chance de tomber dessus. Cette restauration n'a pas fait exception, impossible pour Quentin de trouver une pipe d'admission (pièce liant la boite à air au carburateur qui sert à alimenter le moteur en air). C'est alors qu'il a fait modéliser cette pièce qui tient dans un volume de 100 x 80 x 92 mm, nous fournissant ainsi une partie essentielle des éléments dont on a besoin pour répondre à sa demande.

Cette pièce doit répondre à 2 caractéristiques techniques : être à la fois souple et résister aux hydrocarbures. Nous avons donc choisi un matériau qui permette de remplir ces deux fonctions et avons proposé un TPU avec un shore 95A de chez Kimya. Le shore 95A est flexible, mais garde une bonne tenue, et couplé aux épaisseurs des différentes parois de la pièce on obtient quelque chose de parfaitement adapté à l'utilisation.

Les matériaux flexibles sont un peu particuliers à travailler, c'est pourquoi il est nécessaire d'avoir une machine apropriée. Nous avons donc fabriqué la pièce sur une Volumic Stream 30 Ultra Supercharged. L'extrudeur en direct drive permet un bon contrôle de ce type de filament pour une impression de qualité. Son volume de 300 x 200 x 310 mm convient parfaitement à ce genre d'application compacte. Enfin réputée pour sa rapidité d'exécution, notre Volumic nous permet une bonne réactivité pour un coût maitrisé.

Une nouvelle fois l'impression 3D a pu montrer son adaptabilité et ses capactiés techniques pour répondre au mieux au besoin.

On vous laisse avec la moto finie et ses premiers tours de roues:

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Quentin Bechu (@bechu746) le

 

Retour en haut